Entry on the Glaucous Macaw or La Perruche-Ara Glauque in Histoire Naturelle des Perroquets

by Alexandre BOURJOT SAINT-HILAIRE. Published in Paris (1837-8).

La Grande Perruche-Ara - Ara Glauque - Psittacara glauca

De grande taille: couleur uniforme d'un bleu chatoyant vivant au glauque ou vert de mer; bec non robuste et pieds noirs; entourage de la mâchoire d'un gris cendré; ailes et queue presque noires en dessous; joues, lorum, non complètement nus; périophthalme et membrane circumrostrale jaune safran, longueur totale: vingt-huit pouces.

Majusculus; veste uniforme cyaneo glaucá; rostro haud robusto pedibusque nigris; barba maxillari cinerascente; alis intùs, caudaque subtùs nigridis; genis loroque non ex toto nudis; cerá, periophthalmio, membranáque circumrostrali flavis; statura: viginti octo pollices.

Synon: Psittacus hyacinthinus, LATHAM, Index ornith., genus V, sp. 5 - Le Guacomayo bleu, Voyage de D. FELIX D'AZZARA, traduit ERYES, t.IV, P.35 - L' Ara azuvert, VIEILLOT, article Psitt. Diet. Deterville - L'Ara hyacinthe, Macrocercus hyacinthinus, VIEILLOT, Galerie des Oiseaux , No. 24, t. Ier - Ara hyacinthinus, SPIX, Aves Brasil, pl. XXIII - Sittace glauca, No. 42 WAGLER Monogr. Psitt. P.214 - le Guacomayo bleu ou L'Ara hyacinthe, notes du Voyages de D'ORBIGNY. 1. Vivant au zoological Garden à Londres 1836; 2. À la collection du Museum de Paris ex dono D'ORBIGNY.

Ce n'est pas sans quelque difficulté que nous avons pu fixer la synonyme de cette grande Perruche-Ara et de l'espèce voisine, sa congénère.qui toutes deux sont restées inconnues à Buffon et à Levaillant; car il faut pas confondre ni avec l'une ni avec l'autre l'Ara bleu et jaune ou l'Ara nauna des ornithologistes depuis Marcgrave. Une fois cette distinction établie, nous devons nous occuper de plus anciennement connu de ces deux Aras à décrire; c'est celui que nous a fait connâitre D. F d'Azzara, dans son Voyage, sous le nº. 273 de son Index. Voici le description de ce voyageur prise sur le vivant: Un bleu faible colore la tête du Guacamayo; un bleu de ciel est répandu sur toutes 1es autres parties; mais, en opposition avec1a lumière, ce bleu se change en vert de mer (ou bleu glauque); en dessous les ailes et la queue sont de couleur d'acier bruni; le bec et le tarse sont noirs; le bord de la paupière a la couleur de fleurs de romarin (bleuâtre); la membrane du bec est de couleur de paille, et large de deux lignes à la base de la mandibule supérieure, et diminue de largeur jusqu'à l'angle de la bouche, d'où s'étend une autre membrane de même couleur, qui embrasse la mandibule d'en bas et s'élargit près de l'oeil; une autre peau jaune et nue entoure l'oeil; elle est separée de la membrane du bec par une ligne emplumée (loris non ex toto nudis). Pas de différence entre les sexes pour le plumage; le mâle est seulement un peu plus grand, ce qui paraît avoir engagé à tort Wagler à en distinguer deux espèces ou variétés; l'une de Brésil, ou l'Ara hycinthinus de Spix,Sittace Spixii et l'autre le Sittace glauca des bordes de l'Uruguay. M. D'Orbigny n'admet pas cette division.*

Patrie. Moeurs.D'Azzara a rencontrée cette espèce entre le 27º et le 29º latitude sud de l'Amerique. D' Orbigny, qui vient d'explorer ces contrées, et dont le voyage est destiné à compléter les connaissances géographiques et zoologiques sur ce continent, après les Marcgraves, les Humboldt, les Neuwied, etc., a bien voulu nous donner quelques notes sur les habitudes de ces espèces. Il a rencontré le Guacamayo bleu depuis le 27º jusqu'à 31º latit. australe, aux bords de l'Uruguay, du Parana, et jusqu'à Sainte Lucie di Corrientes; il a remarqué la coloration noire du bec et des parties, le bleu pâle (fleur de romarin) de la paupière, et la teinte jaune pâle safran de la membrane circum-rostrale.

Ces individus ne sont pas très-nombreux; ils se tiennent dans l'intérieur des bois du littoral, sont sédentaires, vivent par couples, timides, peu querelleurs, on le vol lent, droit, prolongé; ne se posent jamais à terre, mais passent de branches en branches; vivant de l'amande du noyeau des différent palmiers; nichent dans les falaises des rivières, et ont un cri désagréable, qui peut se noter ainsi: ararãcã. Le nom espagnol est Guacamayo. On mange leur chair.

Nous avons nous-même vu à Londres ce Guacamayo, ou notre Perruche-Ara glauque ici décrite, en opposition avec laPerruche-Ara bleu-cobalt: la dissemblance est frappante, ce dernier oiseau est d'un bleu foncé de cobalt et beaucoup plus grand, a la membrane basi-rostrale d'un jaune bien plus intense. Nous espérons qu'on nous pardonnera d'avoir changé les noms pour rendre le signalement plus facile.

* Au moment de mettre sous presse, nous venons de voir au musée Massena le plus petit de ces Ara bleu; peut-être le figurerons-nous sous le nom de Sittace Spixii, si véritablement il paraît être une espèce bien distincte.

 

The entry on the Glaucous macaw is followed by the entry on the Spix's Macaw, which is given here because of the confusion at the time about the blue macaws, including the Spix's Macaw.

LA PETITE PERRUCHE ARA GLAUQUE

PSITTACARA GLAUCA MINOR (NOB.)

VAR. A

Notre grande Perruche-Ara glauque, L'Ara Hyacinthe, ou le Guacamayo bleu de d'Azzara, des bords de l'Uruguay, des environs du fleuve Saint François, d'après Spix, a vingt-huit pouces de longueur. La petite peruche-Ara glauque figurée ici, a été enregistrée comme espèce par Wagler, sous le nom de Sittace Spixii, mais avec une synomie fautive; car il le confond avec le Guacamayo bleu de d'Azzara, qui est la grande espèce de vingt-huit pouces, tandis que le Sittace Spixii, ou la présente espèce, n'a pas plus de dix-huit pouce et demi, et est plus faible en proportion. On ne croira pas que ce soit une femelle, bien que d'Azzara dise qu'elle est plus petite que le mâle, ce qui ne fait rien à la chose;car une différence de taille de sexe à sexe ne fait pas dix pouces de moins ou de plus.

Non, il y a là une variété, non d'âge ni de sexe, mais de climat, de fertilité du sol, de niurriture facile. C'est dans ces limites que les variétés se produisent, ici en conservant une coloration identique, seulement la taille variant; car l'influence du monde ambiant change, il est certain., les types, pour produire des variétés, mais non des espèces. Nous regarderons donc le Sittace Spixii comme variété du Psitt. glauca.

Patrie: Le Brésil.

The text is accompanied by this plate. You can see a head image here.

                          

Latest News

  • Wednesday 4th December 2019
    Good news from Brazil

    Some positive news from Brazil. The breeding station Criadouro Fazenda Cachoeira has hatched since May earlier this year  10 Spix’s Macaws (Cyanopsitta spixii), of which the first two are flying. The breeding station is a state ... Read More »

Quotes

 " Naturam expellas furca, tamen usque recurret "

( If you drive out nature with a pitchfork, she will soon find a way back)

Horace (65-8 BC)